tic@innovation joue un rôle dans le nouveau rapport 2012 de l’CNUCED sur l’économie de l’information

November 29, 2012 dans Uncategorized par Balthas

informationeconomyreportcover2012Bonne nouvelle: Hier, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) a publié son dernier rapport sur l’économie de l’information. Le logiciel libre y est analysé a promu maintes fois. Autre bonne nouvelle: le programme de FOSSFA et GIZ tic@innovation est aussi mentionnée dans le rapport. Voici un bref aperçu du rapport du  CNUCED

L’extension des technologies de l’information et de la communication (TIC) continue de faciliter le changement technologique dans l’économie mondialisée. Pour faciliter la transformation structurelle et le progrès technologique, les pays  doivent se doter des capacités intérieures qui permettront aux individus, aux  entreprises et aux organisations d’apprendre.

Les gouvernements doivent donc  s’efforcer d’adopter des politiques contribuant à élargir cet accès à l’apprentissage, en particulier dans les nouvelles industries où les domaines d’apprentissage sont vastes et diversifiés. L’industrie du logiciel en est une. En tant que technologie générique, le logiciel a de larges applications dans toute l’économie et la société. Son industrie se caractérise également par des obstacles relativement faibles à l’entrée pour ce qui est des besoins en capitaux, et son importance devrait rester prépondérante à l’avenir.

Les gouvernements devraient considérer les marchés publics visant à répondre à  des besoins d’administration en ligne comme des outils permettant de stimuler la 10 RAPPORT 2012 SUR L’ÉCONOMIE DE L’INFORMATION demande de développement logiciel.

Dans ce contexte, une attention appropriée devrait être accordée au rôle des normes ouvertes, de l’innovation ouverte et des logiciels libres lorsque ceux-ci offrent une solution compétitive. Les logiciels libres présentent un certain nombre d’avantages stratégiques: ils permettent aux  micro et petites entreprises informatiques d’innover librement, réduisent les coûts d’utilisation en l’absence de droits de propriété, contribuent à réduire les erreurs et offrent une plus grande sécurité. La façon dont les logiciels libres encouragent la créativité, l’innovation et l’initiative individuelles ainsi que le travail en équipe à un niveau décentralisé constitue une valeur ajoutée fondamentale.

Avec le logiciel libre, les utilisateurs deviennent des créateurs de connaissances, au lieu de rester de simples consommateurs passifs de technologies propriétaires. Les tendances technologiques − concernant en particulier l’«informatique en nuage» («cloud computing»), les applications mobiles et les données massives («big data») − vont dans le sens d’une expansion du logiciel libre. La situation pour ce qui est des initiatives publiques en matière de logiciel libre varie beaucoup selon les régions.
L’Europe est la région la plus active, puisqu’elle représente près de la moitié de la totalité des initiatives recensées. Parmi les régions en développement, l’Asie vient en tête, suivie de l’Amérique latine, puis de l’Afrique.

Pour plus d’info, voire le communiqué de presse.